Séraphin

Séraphin, un homme et son péché (2002, réalisé par Charles Binamé)

Ce film se déroule à Sainte-Adèle, un petit village des Laurentiennes, à la fin du 19ème siècle. Deux intrigues s’opposent violemment : le tendre amour unissant la jeune Donalda à Alexis, et la pauvreté du père de Donalda, F.-X., le marchand du village. Alexis part pour l’hiver afin de travailler, et tous deux se promettent de s’attendre mutuellement jusqu’au printemps. Le diable de cette histoire est le maire, Séraphin, qui promet d’éponger la dette de F.-X. en échange de la main de sa fille. F.-X. est conscient que Donalda est amoureuse d’Alexis, et, bien qu’il n’approuve pas le choix de sa fille, il promet de ne pas la forcer à se marier avec Séraphin. Il la manipule cependant de manière à ce qu’elle le fasse, en faisant une tentative de suicide de telle manière qu’elle le retrouve. Elle décide d’épouser Séraphin afin de sauver son père. Séraphin est un mari aussi méchant qu’avare et viole Donalda à plusieurs reprises. Lorsqu’Alexis revient et apprend ce qu’il s’est passé, il tente de convaincre Donalda de s’enfuir avec lui. Elle refuse, mais, ayant découvert la vraie nature de Séraphin, elle se donne à Alexis et tous deux partagent un moment bref mais heureux. Donalda tombe mortellement malade, notamment en raison du refus de Séraphin de chauffer décemment sa maison au cœur de l’hiver. Elle meurt, entourée des femmes qui l’aiment et d’Alexis. A ses funérailles, la maison de Séraphin prend feu et ce dernier s’y précipite. Alexis l’en extrait juste avant que Séraphin rende son dernier souffle, agrippé à ses pièces.

Comme dans la plupart des films québécois se déroulant à cette époque, l’église et le curé du village jouent un rôle proéminent. A la différence de nombreux autres films, p. ex. Babine, le prêtre est dans ce film un personnage positif. Il fait de son mieux pour empêcher le mariage de Donalda et Séraphin, et se montre sincèrement embêté lorsque, pendant la cérémonie, personne ne se lève pour empêcher le mariage. Donalda confesse au curé ses vrais sentiments – sa haine et son dégoût pour Séraphin et son amour pour Alexis – alors que le prêtre lui accorde une oreille attentive. A sa mort, ce dernier révèle à F.-X. qu’il ne peut la bénir car il a décidé d’abandonner le sacerdoce afin d’épouser la femme qu’il aime. F.-X. salue son courage, et le prêtre affirme que c’est Donalda qui l’a aidé à discerner sa voie. Donalda peut être vue comme une figure christique dans ce film dès lors qu’elle sacrifie son bonheur, ainsi qu’à terme sa vie, afin de sauver son père. On sent cependant que ce sacrifice sonne faux – on ne devrait pas lui avoir demandé de le faire.