Babine

Babine (2008, réalisé par Luc Picard)

 

Ce film est une adaptation du livre Il faut prendre le taureau par les contes de Fred Pellerin (2003). L’action se déroule dans une ville réelle, Saint-Élie-de-Caxton, au Québec, dans à une époque éloignée, voire mythique – les pages du calendrier présentent en effet un 43 septembre, un 31 novembre, et un 0 avril. Au début du film, une femme uniquement qualifiée de sorcière accouche au cœur d’une sombre nuit de tempête. Une villageoise perpétuellement enceinte est présente afin de l’assister, ainsi qu’un homme enrôlé pour l’aider. Tous deux craignent la sorcière. L’enfant, Babine, naît avec quelques handicaps et devient le fou du village, mi-fou, mi-sage.

 

Un thème central du film est le Temps, considéré dans l’histoire comme différent, voire opposé à l’Heure. Le village ne possède pas d’horloge, et personne ne se soucie de l’heure qu’il est. La seule personne à détenir de quoi mesurer le temps est le vieux curé, qui promet de donner sa montre de poche à Babine. L’intrigue principale du film s’axe sur un incendie qui détruit l’église en tuant le vieux curé. Un nouveau curé est immédiatement envoyé pour le remplacer. A l’inverse de l’ancien curé, un homme sage et sympathique qui avait Babine « dans sa poche », le nouveau curé semble choqué – ou peut-être effrayé – par lui. Il accuse ce dernier d’être responsable de l’incendie, menaçant d’accuser sa mère s’il ne confesse pas son crime. Babine aime sa mère et n’a dès lors pas d’autre option que d’avouer, et est condamné à mort. Le marchand du village, qui a pris Babine sous son aile, est désigné comme bourreau par le curé. Il sauve Babine en choisissant une corde trop longue, de sorte que Babine touche le sol avant de s’étrangler. Babine a de nombreuses aventures, de plus en plus absurdes, et devient comme une figure de sauveur aux yeux du village, ne fut-ce qu’en provoquant la fuite du nouveau curé. Le film traite ainsi principalement de la nature du pouvoir de la religion, bénigne (l’ancien curé) ou oppressive, punitive, et impie (le nouveau curé).